Politique

Tournée nationale de l’UFC : le bureau directeur remobilise et sensibilise ses militants pour une alternance politique pacifique et pour une préparation efficace des futurs enjeux politiques

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 14 novembre 2011, publié sur ufctogo.com

Plusieurs délégations du bureau directeur de l’Union des Forces de Changement (UFC) sillonnent le territoire national pour remobiliser et sensibiliser ses militants sur les motivations d’une alternance politique pacifique et la nécessité d’une préparation efficace des futurs enjeux politiques très décisifs pour le parti.

 

Débutée le 05 novembre dernier par une visite aux milliers de militants à Agou, dans la préfecture du Kloto, cette tournée qui prendra fin le 29 novembre prochain par une visite aux militants d’Assoli, dans la préfecture de la Kara, s’inscrit dans le cadre des missions d’évaluation, de mobilisation et d’explication sur la nouvelle démarche politique du parti et permet au bureau directeur de faire le bilan de ses structures de base, de les consolider et de les doter de moyens nécessaires pour leurs activités de mobilisation.

Elle s’est poursuivie ce week-end dans la région maritime et dans celle des plateaux.
A Kébo Kpéta, dans la préfecture de Kloto, le 3ème vice-président du parti, Oré Djimon a expliqué aux populations que l’unique voie de recours non explorée jusqu’ici par le plus grand parti de l’opposition est celle de la cogestion du pays avec le RPT en vue d’une confiance mutuelle pouvant aboutir à une alternance pacifique sur la terre de nos aïeux. Il a ensuite invité les populations à savoir reconnaitre les vendeurs d’illusions qui risquent d’alourdir leurs jougs.

A Mission Tové et à Tsévié, dans la préfecture du Zio, la délégation conduite par le 2ème vice président, Elliott Ohin a prodigué d’utiles conseils aux membres du bureau renouvelé. Elle a invité l’assistance à porter, dans les hameaux les plus reculés, le message de la citoyenneté qui nous impose une cohabitation politique pacifique en vue de parvenir très prochainement à une alternance politique tant souhaitée depuis plus de quatre décennies de rudes luttes.

A Aného (dans la préfecture des Lacs) et à Afagnan (dans la préfecture du Bas-mono), la rencontre avec les militants s’est déroulée dans une ambiance studieuse. Le Conseiller Spécial du président national, André Johnson a indiqué que la crise qu’a traversée le parti s’apparente à un tourbillon de passion qui a amené certains à s’écarter de la voie de la sagesse. Comme lui, il a invité tous ceux qui ont quitté le parti, à suivre son exemple et en revenant aux valeurs essentielles que sont la fidélité et la loyauté pour la construction d’un nouveau Togo. Il a vivement invité les populations de ces localités à s’inscrire résolument dans une dynamique citoyenne.

Poursuivant son intervention, il a indiqué que l’esprit de citoyenneté convie tous les togolais, de quelque bord politique qu’ils soient, à considérer la nécessité de faire en sorte que le bien-être de chaque togolais soit réalisé. Il n’a pas manqué de souligner que ce bien-être ne peut se réaliser que dans l’apaisement politique, le dépassement de soi par rapport à l’histoire sombre de notre pays. Il a souhaité que la tolérance, le respect et l’amour mutuel, signes de patriotisme, s’invitent dans la sphère politique de la localité pour que les relations entre les militants des autres formations politiques et les siens aillent dans le sens du triomphe commun des fils de la localité.

L’Honorable Habia Nicodème, se référant à l’histoire de Nelson Mandéla en Afrique du Sud, fait un rapprochement entre les situations sociopolitiques qui ont conduit à l’alternance politique pacifique. Il a estimé que la création d’un nouveau parti par des dissidents du plus grand parti de l’opposition togolaise, l’Union des Forces de Changement (UFC), n’est pas une première dans l’histoire du politique de l’humanité et ne sera pas bien sûr la dernière. Il a déclaré qu’en Afrique du sud, la création du parti des Zoulou dirigé par Boutélézi et issu de l’African National Congrès (ANC=Congrès National Africain) a précipité l’avènement de l’ANC au pouvoir avec comme président Nelson Mandéla, qui s’est comporté en démocrate en cédant le pouvoir à Tabo N’béki, qui à son tour l’a transmis à l’actuel Président Jacob Zuma. Il a exhorté les militants d’Aného et d’Afagnan à rester vigilants, mobilisés et persévérants pour la victoire prochaine du parti aux prochaines échéances électorales.

Par ailleurs, il a expliqué les raisons qui ont conduit le parti à signer avec le RPT un accord de partage de pouvoir. L’orateur a indiqué qu’après plus de quarante (40) ans de conflits politiques qui n’ont fait qu’exacerber la méfiance, de la haine et de l’extrémisme politique et qui a plongé davantage les pauvres populations dans la pauvreté, et la misère, il est temps que les togolais conviennent et fassent la paix, en vue d’une cohabitation pacifique pour le développement socio-économique du Togo. Il a souligné que la situation inquiétante des droits de l’homme qui entraîne la violation permanente de la dignité humaine a interpellé la conscience des responsables de l’Union des Forces de Changement (UFC) qui ont souhaité que ce rapprochement vers le régime RPT permette de les amener à des concessions pour soulager les peines des togolais violentés dans leurs droits en tant qu’humain.

Il a estimé que l’esprit de citoyenneté qui guide toute action des responsables du parti a conduit ces derniers à tourner la page du spectateur critique pour se saisir de la truelle et traduire dans la réalité leurs convictions et savoir faire. L’éclat que présente et l’écho dont résonne l’entrée de l’UFC au gouvernement refont une nouvelle peinture de l’image du Togo sur le plan international. Cette image draine vers le Togo des flux de capitaux (aides, prêts…) et des investisseurs, ce qui permet de reconstruire nos différentes infrastructures (routes, marchés, écoles…) et de relever la grille salariale qui est au jour d’aujourd’hui le plus dérisoire dans la sous région.

Cette image d’un pays engagé sur la voie de la démocratie, avec la bénédiction de Gilchrist Olympio, parle d’elle-même d’autant plus qu’elle a entraîné l’effacement de la dette extérieure du Togo évalué à près de 1000 milliards de dollars.

Le délégué national de la jeunesse, Jean-luc Homawoo s’adressant aux jeunes, leur a fait comprendre que le combat que continue de mener le président national de l’Union des Forces de Changement (UFC), Gilchrist Olympio, aujourd’hui âgé de soixante quinze ans environ, est pour eux une grâce et un signe d’amour ineffable qu’ils doivent soutenir et accompagner pour un meilleur devenir de la jeunesse. Ce soutien et accompagnement doivent, pour ainsi dire, se traduire par la victoire de l’UFC aux prochaines échéances électorales que sont les élections locales (élections des maires et des conseillers municipaux) et législatives (renouvellement des représentants du peuple à l’hémicycle). Il les a invités, dès lors, à commencer par identifier les représentants du parti dans les bureaux de vote afin de mieux sécuriser les votes de leur électorat.

Pour Dorian Olympio et Dablaka Christian, respectivement Trésorier général et Trésorier général adjoint, il est très important que les responsables des bureaux fédéraux, des sections et des sous-sections maîtrisent le terrain électoral de leur circonscription. Car, disent-ils, personne ne peut mieux maîtriser leur terrain pour assurer la victoire de l’UFC si ce n’est eux-mêmes, originaires de la localité.

La Rédaction

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
17 avril 2014
Lomé 32°C (à 14h)